Compte tenu du manque de place dans les cimetières et de la peur de propagation des maladies, on enterre généralement à près de 2 mètres de profondeur. Là, il n’y a plus l’humidité idéale, ni l’air pour que puissent vivre les humuseurs, tous ces micro-organismes capables de recycler harmonieusement nos dépouilles mortelles. Il s’en suit une production massive de substances très nocives telles que cadavérine et putrescine qui se s’écoulent avec tous les produits chimiques, accumulés en nous au cours de la vie, dans les sols et les nappes phréatiques. 

 

http://www.levif.be/actualite/environnement/les-cadavres-sont-mauvais-pour-l-environnement/article-normal-653061.html

 

Quel que soit le type de “cercueil” (chêne massif verni, peuplier non traité, aggloméré, “œuf” en plastique biodégradable, même en osier, carton recyclé ou cellulose), en aucun cas, les dépouilles mortelles  n’ont pu, et ne pourront, jamais se décomposer correctement même si les défunts sont enterrés dans des copeaux de bois, ou s’ils ne sont emballés que d’un simple linceul biodégradable ou, comme le souhaite Gabriel Ringlet, “nu, dans la terre nue” ou, comme Luke Perry (acteur de la série “Beverly Hills”) l’a voulu, dans un costume “champignons”

Si, pour rendre les cimetières plus verts, on décide de végétaliser la partie horizontale des tombes, ce n’est pas grâce, mais malgré, la présence des morts que les plantes pousseront !

 

 

Piquet de clôture en bois, planté pendant quelques années: il n’y a  que  les 20  cm, au maximum, en contact avec les “humuseurs“, qui sont en voie de décomposition. En dessous, le piquet ne se décompose pas…

En tout état de cause, si on se réfère à ce qui se passe lorsqu’on plante un piquet en bois dans le sol : après quelques années, le piquet casse toujours … au raz du sol

Seuls les max 20 cm sous le niveau du sol, qui sont, eux, en contact avec l’air, l’eau, les champignons et les bactéries se décomposent. Par contre sous les 20 cm, le pied reste toujours intact, en meilleur état que la partie aérienne, comme le démontre la photo ci-contre. 

Aucune matière organique ne se décompose convenablement en profondeur …. on peut même lire certains journaux ou magazines enfouis profondément dans nos décharges, depuis plusieurs années ! 

On brise irrémédiablement le cercle vertueux de la vie sur terre. 

On en fait des “déchets” alors que dans la nature, il n’y a  que des “ressources”.

 

C’est parce que les matières organiques mortes (feuilles, branches, arbres, déjections des animaux, leurs dépouilles) restent sur le sol, au-dessus des racines, à la disposition des humuseurs (toute la micro-faune -champignons, bactéries, …- œuvrant gratuitement, sans relâche, dans les 20 premiers cm du sol, uniquement !) qui en (re)font de l’humus fertile en permanence, que nos arbres poussent si bien dans nos bois sans devoir aller retourner les sols et utiliser le moindre engrais, ou pesticide chimiques  …

Pire, 30 voire 50 ans plus tard, selon les fossoyeurs chargés de réaffecter la place, quand plus personne ne s’occupe de la tombe, on retrouve beaucoup de corps et cercueils pas encore décomposés.

Ils suintent de toute part, et polluent les nappes phréatiques et les cours d’eau, aux abords des cimetières, avec tous les produits chimiques accumulés dans les chairs : résidus de médicaments, pesticides, nanoparticules, perturbateurs endocriniens,… ainsi que métaux lourds, amalgames dentaires, prothèses métalliques ou en silicone, pace-maker, …

 

Ils sont alors rassemblés par 200 dans des ossuaires, et recouverts de chaux vive

aux frais de la communauté !?

Mot-clé

Articles récents

Rejoignez-nous

Devenez Coopérateurs

Soyez cocréateurs du monde de demain en prenant au moins une part de la coopérative SCES HUMUSATION qui a met en place le premier “Centre Pilote pour l’Humusation” au monde.

Chaque euro investi dans notre coopérative sera un euro qui vit !

C’est ensemble et avec votre participation active que nous y arriverons plus vite.

L’Union fait la Force !

Rejoignez la Communauté

 

Membres Coopérateurs

Euros récoltés

Signataires de la pétition